Une visite au musée de zoologie

27/03/2018 by MyLausanne

Serpents, oiseaux exotiques, poissons rares, rapaces et même un requin : on trouve de drôles de bêtes à Lausanne. Enfin, surtout dans le Musée cantonal de Zoologie. C’est parti pour la visite.


Entre la vieille ville et le centre historique, difficile de rater le Palais de Rumine. Et pour cause, on y trouve 4 musées et la bibliothèque universitaire. C’est le genre de bâtiment qui en impose de par sa taille et de par son style.

Après un verre en terrasse, un repas au restaurant ou un café et un quatre heures dans un tea room, la montée des marches jusqu’au musée de Zoologie a de quoi impressionner. Car oui, il va falloir arriver jusqu’à la porte principale. Petite pause obligatoire juste après l’entrée pour profiter de faire un tour à la boutique du Palais de Rumine (avec ses 4 musées, il y a de quoi faire). Pour la suite de la montée, on prend son courage à deux mains pour gravir les nombreuses marches jusqu’à la pièce centrale. Croyez-nous ça en vaut la peine.

(c) www.diapo.ch

Une fois arrivé au dernier étage, la visite peut commencer. Très vite, on ne sait plus où donner de la tête. Des animaux de toutes sortes observent les visiteurs du musée. On commence la visite par la gauche avec les oiseaux et les canards.

En visitant le site internet, on apprend que l’exposition permanente est inspirée de la muséographie du 19e, voire du 18e siècle, et possède un petit charme désuet. La visite débute avec des espèces connues (les coqs, par exemple, à côté des canards) et se poursuit avec des oiseaux plus exotiques (ibis, rapaces). Après les oiseaux, on découvre un nouvel habitat avec les tortues, avant de tomber nez à nez avec le célèbre requin blanc de 5m83. A côté, une mâchoire de cachalot est appuyée contre le mur.

L’entrée de la salle d’anatomie comparée est donc bien gardée. Cette salle, qui servait initialement de lieu d’étude, permet désormais de découvrir l’anatomie de certaines espèces. Petit stop en milieu de la salle pour admirer le squelette de girafe, puis, une fois arrivé au bout de cette première aile, on repart de l’autre côté. On découvre le tigre et l’ours blanc et finalement des petits oiseaux multicolores, avant de continuer en direction les signes.

Le charme désuet du musée fonctionne. Entre les vitrines, des enfants s’émerveillent devant leurs animaux favoris : L’ours, le singe, les oiseaux, le requin, difficile de choisir.

Tout au fond de la deuxième allée, la salle des expositions temporaires est également bien gardée. On tombe nez à truffe avec un lion, un rhinocéros, une girafe, un bison et tout un tas d’autres animaux à cornes.

Les portes du musée vont fermer, il est l’heure de quitter le Palais de Rumine avec plein de jolis souvenirs en tête. Depuis le dernier étage, on emprunte la passerelle qui mène à la Cité, d’où on peut admirer le soleil se coucher sur le toit du Palais de Rumine.

A voir actuellement

  • Cosmos, une collaboration entre les différents musées du Palais de Rumine qui proposent de dévoiler des pièces gardées dans les réserves. Une occasion unique de découvrir des animaux qui ne sont habituellement pas exposés en vitrines.