Le samedi au Festival de la Cité

11/07/2016 by MyLausanne
Français Évènement

Pour la première fois depuis sa création, l’emblématique festival lausannois s’exporte dans le reste de la ville, notamment à cause des travaux de rénovation de la place du Château, dans la vieille ville.


L’occasion de tester cette nouvelle formule, en se promenant le samedi à Lausanne. Partant du bas de la ville nous monterons au fur et à mesure de la soirée : comme l’ambiance.

De 17h30 à 21h à Ouchy

Nous commençons notre périple les pieds dans l’eau, au bord du lac. L’Apéro en musique, et son installation insolite (deux platines, des panneaux solaires et quatre vélos) attire l’attention des festivaliers et des touristes. Cette machine rétro-futuriste, qui fonctionne grâce au pédalage des vélos et l’énergie solaire, diffuse de la musique d’ambiance près des tables et des stands de nourriture.

© MyLausanne
Plus loin, une scène est installée sur l’eau. Visuellement, c’est très réussi. Il n’y en a pas que pour le plaisir des yeux, puisque le Trio Liberamente ajoute quelques notes au magnifique tableau des montagnes surveillant le lac. Pendant près d’une heure, une pianiste, une violoniste et un violoncelliste interprètent le Trio op. 100 de Schubert. Une œuvre très connue du grand public, car souvent utilisée par le cinéma. Un concert magnifique dans un cadre superbe, la soirée commence très bien ! Avant de partir en ville, nous ne manquons pas de nous ravitailler avec burgers et plats asiatiques.

De 21h à 1h à la Riponne

Avec plus de 83 spectacles et concerts, le festival offre un programme varié. L’occasion pour nous de passer du classique au hip-hop. À 21h, sur la scène de la Riponne, c’est la Rusangano Family, un trio de musiciens irlandais, d’origine togolaise, qui fait le show. Devant un public nombreux, les trois artistes enchaînent les morceaux qui mettent la mixité des influences à l’honneur. Survoltés, ils iront même jusqu’à descendre de scène et slalomer entre les spectateurs sur certains morceaux. Même sans le lac, l’aménagement sur la place de la Riponne est très réussi.

© MyLausanne

Notamment avec la structure qui sert de gradins pour le public et qui abrite également un des bars du festival. Très pratique donc pour aller chercher sa boisson, sans perdre une miette du concert.
La soirée continue sur l’esplanade du Great Escape, pleine à craquer, avec le concert de Pandore : deux guitares, des sons électroniques pour une ambiance très mixte. Certains dansent, d’autres boivent un verre. Mais tout le monde à l’air d’apprécier, tellement qu’on ne voit pas le temps filer. Déjà l’heure de prendre la navette gratuite vers l’usine Tridel.

De 1h au petit matin à la Sallaz

Il n’y a pas qu’à Berlin que l’on peut faire la fête dans des endroits insolites. La preuve, avec l’usine Tridel aménagée en club pendant le festival. Cet endroit inaccessible au public en temps normal devient THE place to be lors des fins de soirée du vendredi et du samedi. Après un rapide contrôle de sécurité, les grilles de l’usine s’ouvrent à nous, et nous pouvons nous diriger au sous-sol, dans un hangar souterrain. Un dancefloor particulier donc, animé par DJ Jacques, venu de France, et Larry Gus, de Grèce. Le premier utilise des objets pour instruments lors de ses sets live. Original, et complètement déjanté, le show n’en reste pas moins très efficace. La soirée se termine avec les sons méditerranéens de Larry. Le public,nombreux, est déchaîné : l’enthousiasme de fin de soirée poussera même les plus motivés à faire la chenille entre deux morceaux.

© MyLausanne

Cette dernière édition est une réussite avec une programmation variée, hors des sentiers battus, des curiosités, de la poésie, de l’ouverture, tout ça dans une ambiance de fête. La preuve, nous aurions pu aussi vous parler des artistes de rues qui déambulent pendant le festival, des pièces de théâtres qui y sont jouées, des ateliers pour enfants et de tout ce qu’il s’est passé pendant ces 5 jours de fête. Vivement l’an prochain, pour d’autres découvertes !