A la découverte de la capitale de la glisse urbaine !

16/09/2016 by Yoann
Français Sport

Pour les amateurs de sport, Lausanne est avant tout connue comme la capitale olympique.


En plus du siège du CIO, la ville est dotée d’excellentes infrastructures et d’un calendrier sportif plus que fourni. Fait plus méconnu du grand public, Lausanne est également la capitale de la glisse urbaine. Tous les accros de descente vous le diront : Lausanne n’a pas à rougir face à sa sœur américaine, San Francisco, également réputée pour son relief vallonné.

Parmi les atouts majeurs de la ville romande, des routes d’excellente qualité, une culture de la glisse bien intégrée depuis le boom du roller dans les années 80 et surtout, un métro avalant les quelques 500m de dénivelé en tout juste 20 minutes. Autant dire que pour les riders, Lausanne est comparable à un immense domaine de ski au prix des remonte-pentes bien plus abordable !

Aujourd’hui Yoann Chapel, rider local et co-président de l’association LAU’ Riders nous emmène pour une visite guidée de Lausanne au rythme de la descente. C’est donc équipé de sa freeboard (sorte de skateboard à 6 roues reproduisant les sensations du snowboard sur route) qu’il arrive à la station de métro des Croisettes qui domine la ville à près de 800m d’altitude.

Après un échauffement par les quartiers résidentiels d’Epalinges, la Sallaz puis Chailly, j’arrive à la place de l’Ours qui marque l’entrée au centre ville. A deux pas de là dans le sens de la descente, le pont Bessières, vieux de plus d’un siècle, est dominé par la cathédrale de Lausanne. L’occasion rêvée d’un petit crochet par la vieille ville pour admirer la vue imprenable et l’architecture des bâtiments dont la fameuse cathédrale qui date du XIIIe siècle. Ici, pas de freeboard possible, le pavé lausannois impose un rythme piéton et l’érosion de la pierre en dit long sur l’ancienneté des murs.

© LAU'Riders

© LAU'Riders

© LAU'Riders

© LAU'Riders

Quelques marches plus bas, j’arrive à la place de la Riponne et au palais de Rumine. L’impressionnant bâtiment fait face à une grande place entourée de nombreux bars et restaurants. C’est un de nos endroits de prédilection pour sortir les soirs et week-ends. En été, nous y dégustons des bières locales à La Grenette ou profitons de l’ambiance pub et de l’immense terrasse du Great Escape. En hiver, c’est au restaurant Le Vaudois que ça se passe. L’endroit est typique et on peut y manger les spécialités locales et suisses (papet vaudois, fondue…). Le Bruxelles fait également partie des endroits appréciés des Lausannois de part son ambiance agréable et son large choix de bières belges.

© LAU'Riders

© LAU'Riders

Je poursuis ma descente jusqu’à la place de l’Europe, puis remonte vers le parc de Montbenon. Cette partie de la ville est tout particulièrement agréable car majoritairement piétonne (les pavés en moins pour le coup !). Un rapide passage devant le tribunal cantonal et la Brasserie de Montbenon pour admirer la vue et profiter de la verdure du parc avant de plonger vers la gare de Lausanne.

© LAU'Riders

© LAU'Riders

Plus que quelques minutes avant Ouchy. En route, je fais une rapide halte au Café de Grancy pour saluer Pierro, un ami freeboarder plus connu sous le nom de #CaféPierro, le barista le plus rapide du monde.

Quelques instants plus tard, me voilà enfin au bord du lac ! J’arrive à temps pour profiter des derniers rayons de soleil et prendre quelques dernières photos. Un petit clin d’œil au compte à rebours des J.O. (plus que 22 jours !) et il ne me reste plus qu’à reprendre le métro pour un dernier « run » avant la nuit.

© LAU'Riders

© LAU'Riders

Rien de tel pour se changer les idées que de se laisser porter par Lausanne qui mérite plus que toute autre ville son titre de capitale de la glisse urbaine !

 

A propos de la freeboard

La freeboard est un nouveau type de skateboard conçue pour imiter les sensations du snowboard sur l’asphalte.

En plus des 4 roues de skateboard classiques, 2 roues sont positionnées sur l’axe central. Celles-ci, plus basses, peuvent tourner librement, permettant au freeboard de glisser latéralement.

Grâce à cette configuration, seules 4 roues peuvent toucher le sol simultanément (2 roues de côté + les 2 roues centrales), permettant à la freeboard de reproduire la prise de carre du snowboard. De plus, la possibilité de déraper latéralement permet de mieux gérer la vitesse que sur un skateboard classique.

Sur le dessus de la planche, 2 fixations permettent au rider un meilleur contrôle au sol. Lors de sauts, ces fixations vont permettre de garder la planche sous les pieds comme en snowboard.